• Fiche détaillée
  • Elles en souffrent parfois et dans d'autres cas, les plantes agissent contre la pollution ! Apprenez à vous servir du végétal pour améliorer votre environnement.

    Les effets de la pollution sur les plantes
    Dans l'air, la pollution est constituée par des gaz toxiques, comme l'ozone ou le dioxyde de soufre, ainsi que les très fines particules en suspension dans l'air. Sur les plantes, les polluants gazeux attaquent les feuilles en provoquant un dépérissement par zones concentriques, surtout sur le bord de la feuille. Les particules noires, quant à elles, finissent par complètement obstruer les pores respiratoires de la feuille. Privée de lumière par cette couche et asphyxiée, celle-ci meurt rapidement. Le gaz carbonique, lui, agit comme un dopant pour les plantes : c'est un engrais pour elles !

    Les plantes sensibles et les résistantes
    Si votre jardin se situe en zone exposée à la pollution de l'air, évitez celles qui souffrent de l'encrassement du feuillage ou des attaques des composés chimiques : les chênes à feuilles caduques, les cistes, les conifères (les pins surtout), les fougères, les hêtres, les lavandes, les rhododendrons et les romarins.
    Les plantes résistantes à la pollution de l'air, en revanche, ont des feuilles épaisses et recouvertes d'une couche protectrice. Ce sont par exemple les baguenaudiers (Colutea), les bambous, les cerisiers à fleurs, les figuiers, le ginkgo, les houx, l'if, les lauriers-palmes, les lierres, le magnolia (M. grandiflora), les pittosporums...

    Dépolluer l'air ?
    En extérieur, le volume d'air est trop important pour envisager de dépolluer l'air. Mais l'environnement sera plus sain là où se trouve une grande quantité de plantes qui jouent le rôle de filtre. Certaines plantes absorbent davantage la pollution atmosphérique que d'autres. Ce sont les végétaux qui offrent une grande surface d'échange avec l'air ambiant, parce que leurs feuilles sont très nombreuses ou que leur forme est particulière. Les championnes toutes catégories sont les mousses. Elles capturent davantage les polluants de l'air que les plantes à grandes feuilles, qui offrent une moins grande surface, en dépit des apparences ! Les plantes à feuillage moussu, comme le persil frisé, ou les buissons à petites feuilles, sont ainsi plus efficaces que les autres.

    En intérieur, un air meilleur
    L'air à l'intérieur de la maison est souvent plus pollué qu'à l'extérieur car à la pollution de l'air extérieur se rajoute la pollution émise par les appareils électriques, les peintures, les matières synthétiques, etc. Or les plantes poussant en pot en intérieur ont la faculté de débarrasser l'air d'une grande partie de ces composés. La plante agit comme un capteur, tandis que ce sont les bactéries du sol, autour des racines, qui sont chargées de la neutralisation des composés polluants de l'air. Toute plante en pot est susceptible d'agir et il n'y a de plante particulière contre un composé : l'essentiel est d'avoir du végétal autour de soi !
  • Photos (4)
  • Les plantes et la pollution de l'air
    Les plantes et la pollution de l'air
    Effet de la pollution au dioxyde de soufre.
    Auteur: Jean-Michel Groult
    Copyright
    Les plantes et la pollution de l'air
    Les plantes et la pollution de l'air
    L'helxine (au premier plan) est efficace pour capter la pollution ambiante par son aspect "moussu".
    Auteur: Jean-Michel Groult
    Copyright
    Les plantes et la pollution de l'air
    Les plantes et la pollution de l'air
    Le persil frisé est lui aussi très efficace pour capter la pollution : à ne pas consommer en zone polluée, juste pour la déco !
    Auteur: Jean-Michel Groult
    Copyright
    Les plantes et la pollution de l'air
    Les plantes et la pollution de l'air
    Le magnolia ne craint pas la pollution !
    Auteur: Jean-Michel Groult
    Copyright